Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Triangle Immobilier, Agence immobilière ABBEVILLE 80100

L'actualité de CENTURY 21 Triangle Immobilier

Choisissez le projet de restauration que vous voulez voir réaliser en priorité

Publiée le 04/11/2017

 

Parallèlement aux grands chantiers de restauration que la Ville mène en partenariat avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles des Hauts-de-France (édifices patrimoniaux, restauration et installation dans la collégiale Saint-Vulfran de l'orgue Cavaillé-Coll provenant de l'Eglise Saint-Jacques et restauration du tableau "Sainte-Isabelle de Hongrie soignant un blessé"), la Municipalité souhaite également développer plusieurs projets de restaurations d'éléments du patrimoine non protégés au titre des monuments historiques en complément de la restauration et de l'installation dans la collégiale Saint-Vulfran de l'orgue Cavaillé-Coll provenant de l'Eglise Saint-Jacques et de la restauration du tableau "Sainte-Elisabeth de Hongrie soignant un blessé".

Le plan pluriannuel pour mener à bien ces restaurations est donc entre vos mains. En effet, vos votes définiront l'ordre des chantiers à mener. Ils seront menés dans le cadre des actions de la Fondation Abbeville Patrimoine.

 

Vous avez le choix entre :

A - Serre n°1 du jardin de l'hôtel d'Emonville

En 1818, la famille Foucques fait l'acquisition d'un vaste terrain situé place St-Pierre (actuelle place Clemenceau). Au cours du XIXe s, la famille transforme ce terrain en un plaisant jardin paysager anglo-chinois. Le dernier membre de la famille, Arthur Foucques d'Emonville termine la réalisation et crée une serre supplémentaire. C'est la seule de cette époque qui subsiste aujourd'hui. Elle date sans doute du Second Empire (1852 – 1870). Il s'agit de la première serre que vous apercevez lorsque vous vous promenez dans le jardin d'Emonville (à gauche de l'hôtel).

Projet : Restauration complète de la serre (maçonnerie, structure métallique et verrerie) et mise aux normes électriques. Cette serre deviendra une serre pédagogique permettant de créer un nouveau lieu d'échanges entre les visiteurs (des scolaires aux séniors), les jardiniers et les médiateurs.

 

B - Serre n°2 du jardin de l'hôtel d'Emonville

Au décès d'Arthur d'Emonville en 1880, la Ville achète la propriété pour y installer le Musée, la Bibliothèque et ouvre le jardin aux abbevillois. Les jardiniers s'installent eux aussi autour d'une cour annexe qui leur est dédiée. Différentes structures sont alors construites au fil du temps pour répondre à leurs besoins. Une nouvelle serre voit ainsi le jour au début du XXe siècle (sans doute). Elle est érigée parallèlement à la serre d'Arthur d'Emonville.

Projet : Restauration complète de la serre (maçonnerie, structure métallique et verrerie) et mise aux normes électriques. Cette serre redeviendra un lieu de travail pour les jardiniers qui l'utiliseront pour produire une partie des végétaux nécessaires à l'embellissement du jardin de l'hôtel d'Emonville et du Carmel.

 

C - Tour-pigeonnier du jardin de l'hôtel d'Emonville

La famille Foucques avait inscrit son jardin dans le grand courant des jardins anglo-chinois fort à la mode au XIXe s. En plus du tracé du jardin, des vallonnements et des pièces d'eau, une tour néo-gothique fut érigée. Si sa partie basse était dédiée au pigeonnier de la propriété, la partie haute (aujourd’hui disparue) était composée d'un réservoir d'eau et d'une toiture en forme de pagode chinoise (l'Orient étant très à la mode à cette période).

Projet : Restauration de la tour (maçonnerie et huisseries) et restitution du réservoir d'eau et de la couverture en forme de pagode chinoise.

 

D - Ancienne brasserie des frères capucins (verger du Carmel)

La venue en 1636 du Cardinal de Richelieu à Abbeville fut une date marquante pour les frères capucins qui l’accueillirent dans leur monastère. Richelieu trouva le terrain trop exigu pour le développement du monastère et offrit une somme d'argent aux frères pour qu'ils puissent acquérir un terrain supplémentaire. C'est ainsi qu'une seconde parcelle, au fond du jardin initial, fut achetée. Une brasserie fut alors construite au bénéfice du monastère. À partir du XIXe s, ce jardin fut utilisé comme verger par les carmélites qui l’appelaient « l'enclos Richelieu ».

Projet : Restauration complète de l'édifice (maçonnerie, charpente, couverture, huisseries) et installation des réseaux (eau, électricité, gaz). Une fois restauré, ce bâtiment pourra accueillir un agréable salon de thé par exemple et permettra de faire vivre au quotidien cette partie du jardin.

 

E - Poulailler des carmélites (ancien potager du Carmel)

Les carmélites vivaient pratiquement en autarcie au sein de leur monastère. Les vastes jardins servaient à cultiver fruits et légumes ainsi que des fleurs dont une partie était vendue sur le marché. Les sœurs entretenaient également un poulailler qui se situait non loin de la cuisine (dans le grand jardin).

Projet : Restauration complète de l'édifice (torchis, huisseries et révision de la couverture), restitution de la clôture. Ce poulailler servira d'outil pédagogique pour nos visiteurs et sera une des étapes dans la restauration générale des jardins du Carmel.

 

Vous pouvez voter jusqu'au 20 novembre 2017 en déposant votre choix dans l'urne installée dans le hall de l'Hôtel de ville.

Résultat des votes début décembre 2017 !

Source : Abbeville.fr

Notre actualité